Vous êtes ici

Démocratie

Citoyens et élus : une nouvelle alliance pour refonder la démocratie ?

2

Une démocratie, ce sont des institutions démocratiques mais aussi, et peut-être surtout, une manière démocratique d’utiliser ces institutions. Et ces usages relèvent autant de la manière dont celles et ceux d’entre nous qui sont momentanément détenteurs d’un mandat du suffrage universel utilisent ces institutions que de celle dont nous toutes et tous, citoyennes et citoyens, faisons également usage de nos institutions communes.

Les diagnostics sur la crise que traverse notre démocratie ne manquent pas. La défiance à l’égard des élus, l’abstention, les votes protestataires, les doutes sur les possibilités réelles du pouvoir politique de changer quoi que ce soit dans la vie de tout un chacun, l’accusation de non-représentativité de nos institutions...

Face à ces doutes, à ces accusations, à ces colères, depuis de nombreuses années des projets divers de réformes constitutionnelles s’invitent dans notre débat public. La nouvelle Assemblée nationale élue en juin dernier ouvre des groupes de travail pour revoir son fonctionnement et le président de la République annonce une réforme institutionnelle et peut-être constitutionnelle. Nous ne pouvons que souhaiter un réel succès à ces démarches.

Mais nous savons d’expérience qu’une modification de la Constitution est un processus long à l’issue parfois hasardeuse et, surtout, encore une fois, que la qualité de notre démocratie dépendra toujours de notre manière de l’utiliser, de vivre démocratiquement, d’exercer pleinement notre citoyenneté.

Ne pouvons nous pas déjà faire autrement ? Les élus n’ont-ils pas déjà la possibilité d’utiliser différemment nos institutions ? Les citoyennes et citoyens que nous sommes ne peuvent-ils pas déjà nouer avec leur parlement une nouvelle alliance ?

En réalité les choses évoluent déjà, des expériences sont menées, des pratiques nouvelles sont testées, par des collectifs citoyens, par des élus, parfois par nos institutions elles-mêmes (Assemblée nationale, Sénat, gouvernement). Ainsi des femmes et des hommes travaillent, s’engagent, pour refaire « à la main » notre démocratie.

Nous avons ainsi souhaiter faire découvrir des dialogues, des échanges, des présentations et croisements d’expériences qui s’inscrivent dans une démarche pluraliste et ouverte de reconstruction de notre démocratie et que nous avons regroupés sous le label « La loi pour tous, tous pour la loi »

C’est ainsi que vous pourrez retrouver des dialogues (tenus à l’Assemblée nationale entre 2015 et 2016 lors d’auditions du groupe de travail « Parlement ouvert » animé par Dominique Raimbourg) entre d’anciens et actuels parlementaires (Cécile Untermaier, Olivier Faure, Colette Capdevielle, Karine Berger, Alain Richard, Régis Juanico, etc.), une ancienne ministre (Axelle Lemaire), des citoyennes et citoyens engagés dans des collectifs ou associations œuvrant au renouveau de notre démocratie (Regards citoyens, Démocratie ouverte, Problem Solving, etc.), ainsi que des universitaires et figures d’autorité (Loïc Blondiaux, Dominique Rousseau, Nicolas Roussellier, Jean-Paul Delevoye, etc.).

Comment pouvons-nous dans le monde particulièrement instable qui est le nôtre, reconstruire un processus démocratique à même de produire des lois qui soient à nouveau nos normes communes, dans lesquelles le plus grand nombre se reconnaisse, qui fassent sens, guident et orientent notre société ? L’hypothèse que nous faisons est que ce sursaut de notre démocratie doit passer par une nouvelle alliance entre les citoyennes et citoyens et leur parlement.

C’est à ce travail que nous vous invitons en prenant part vous-mêmes à la poursuite de ces échanges : vous pouvez apporter votre contribution en annotant les publications du site de la Fondation Jean Jaurès ou participer à des rencontres qui vous seront proposées.

 

Retrouvez la première contribution de cette démarche :

« Des ateliers citoyens pour rénover la démocratie », Loïc Blondiaux, Colette CapdevielleDominique RaimbourgCécile Untermaier (5 octobre 2017)