Vous êtes ici

International

Rassemblement pour le Mali : formation des cadres

1

Dans le cadre d’un partenariat établi de longue date, Gérard Fuchs, ancien député, responsable pour l’Asie de la Fondation Jean-Jaurès (après en avoir été le directeur du secteur international), et Alexandre Minet, coordinateur du secteur international de la Fondation, ont animé, les 10 et 11 janvier 2017, un séminaire de formation et de réflexion avec le RPM (Rassemblement pour le Mali), réunissant plusieurs cadres et élus du parti malien.

La rencontre était essentiellement consacrée à une réflexion sur les fondamentaux du socialisme réformiste et démocratique et sur la traduction organisationnelle (parti et Internationale socialiste) et pratique (projet politique) de ces principes. Les deux représentants de la Fondation Jean-Jaurès ont par ailleurs eu l’occasion de rencontrer le président de la République du Mali, Ibrahim Boubacar Keïta, ainsi que l’ambassadrice de France au Mali, Evelyne Decorps.

Retrouvez la tribune de S. Doumbia publiée sur le site mali7.net (11 janvier 2017) :

La promotion de la citoyenneté, la structuration des arguments politiques en vue d’une participation responsable des militants sont des éléments essentiels de la vitalité d’une démocratie. Cette mission des partis politiques est consacrée dans la charte des partis au Mali, charte en vertu de laquelle l’État leur alloue une partie de ses ressources. Le Rassemblement pour le Mali (RPM) a toujours accordé une grande attention à la formation de ses membres et militants. Le parti a même créé un centre de formation appelé centre de formation Kadari Bamba, qui organise périodiquement des sessions et des débats sur des sujets d’intérêt national. Ces rencontres sont organisées souvent en partenariat avec certains instituts comme le CMDID, la Fondation Friedrich Ebert. Le parti du Tisserand s’est récemment doté d’une nouvelle direction politique à l’issue de son quatrième congrès ordinaire. Forte de 80 membres, celle-ci doit être imprégnée des valeurs et de l’éthique que prône le projet de l’Internationale socialiste dont le RPM se réclame.

C’est dans ce cadre que le RPM a organisé un atelier de formation avec l’accompagnement de la Fondation Jean-Jaurès. Présidée par le président du RPM, Bocari Tréta, la formation a débuté hier au Conseil national du patronat en présence des membres du bureau politique national, des députés et des conseillers nationaux. On notait aussi la présence de Gérard Fuchs, responsable de la Fondation Jean-Jaurès pour l’Asie, et Alexandre Minet, coordinateur du secteur international de la Fondation et responsable pour l’Afrique. Durant les deux jours des travaux, le concept et les valeurs de l’Internationale socialiste seront largement expliqués aux participants. Dans son discours, le président du RPM dira que cette formation se tient au moment où notre capitale s’apprête à accueillir, sous le leadership du président de la République Ibrahim Boubacar Kéita, le 27e sommet Afrique-France dont la thématique est « Pour le partenariat, la paix et l’émergence ». « Ce sommet marque le retour du Mali sur la scène diplomatique internationale après la grave crise sécuritaire, politique et socio-économique qui l’a ébranlé », s’est réjoui Bocari Tréta avant d’ajouter que ce sommet marque aussi l’excellente qualité de la relation entre la France et le Mali, deux pays qui partagent des liens historiques et culturels très forts. Il a aussi rappelé le rôle joué par la France dans la lutte contre le terrorisme dans notre pays. « Nous sommes fiers de dire que le Mali a été sauvé en 2012 par une France dirigée par un président de gauche issu du parti socialiste français. Je parle de François Hollande », a-t-il commenté.

© photo : aBamako.com