Vous êtes ici

Société

Roland-Garros 2019 : jeu, set... égalité !

2
Gilles Finchelstein, Juliette Clavière, Richard Bouigue, Najat Vallaud-Belkacem, Patrick Kanner, Marie-George Buffet, Laurent-David Samama, Laurence Rossignol, Pierre Rondeau, Béatrice Barbusse

À l’occasion de la Journée internationale des droits de la femme, le 8 mars, la Fondation Jean-Jaurès propose que soit instaurée, pour les années à venir, l’alternance entre les femmes et les hommes pour la finale du dimanche lors du tournoi de Roland-Garros. Dix personnalités appellent tous les acteurs concernés – fédération, joueuses et joueurs, diffuseurs, sponsors, etc. – à venir travailler avec la Fondation sur les modalités et les conséquences d’un tel changement.

Pour son édition 2019, le tournoi de Roland Garros se déroulera dans un « nouvel écrin pour un tournoi de légende », comme l’indique le site officiel du stade. 

Avec cette rénovation, passée par bien des péripéties, Roland-Garros va être le quatrième et dernier tournoi du Grand Chelem à rentrer dans la modernité – si l’on s’en tient aux murs et aux courts – c’est-à-dire à la forme.

Et si l’on s’intéressait aussi au fond ?

Et si, plus précisément, en cette semaine du 8 mars, on s’attachait à l’égalité entre les femmes et les hommes ?

Sur ce terrain-là, Roland-Garros a été le troisième tournoi du Grand Chelem à imposer en 2007 la parité des gains entre les hommes et les femmes.

Sur ce terrain-là, la France a été le deuxième pays à désigner, avec Amélie Mauresmo, une femme comme capitaine de l’équipe masculine de coupe Davis – et le choix de Lucas Pouille, après Andy Murray, montre combien les mentalités bougent aussi chez les joueurs.

Sur ce terrain-là, Roland-Garros et la France pourraient faire encore mieux et être les premiers !

Pour que la modernisation de Roland-Garros soit au service d’une cause qui incarne à elle seule les valeurs du sport, pour donner l’exemple aussi au reste du monde, la Fondation Jean-Jaurès, rejoignant une idée qui avait déjà circulé sur les réseaux sociaux l’année dernière et avait été soutenue par BNP Paribas, le parrain officiel de Roland-Garros, propose que la finale du dimanche soit consacrée non pas à la finale hommes mais à la finale femmes.

Ou, pour être plus précis, que soit instaurée, pour les années à venir, l’alternance entre les hommes et les femmes pour la finale du dimanche.

Et si certains objectent qu’il est trop tard pour que le changement intervienne cette année, voici une proposition complémentaire : dans trois mois jour pour jour, à l’ouverture de la finale femmes, annonçons que, en 2020, pour la première fois, la finale femmes se déroulera un dimanche !

D’ici là, nous proposons à tous les acteurs concernés – fédération, joueurs et joueuses, diffuseurs, sponsors, etc. – de venir travailler avec nous sur les modalités et les conséquences d’un tel changement.

Que la nouvelle devise gagnante du tennis soit « jeu, set... égalité » !

 

Signataires :

Gilles Finchelstein, directeur général de la Fondation Jean-Jaurès
Juliette Clavière, directrice de l’Observatoire de l’égalité femmes-hommes à la Fondation Jean-Jaurès
Richard Bouigue, co-directeur de l’Observatoire Sport et société de la Fondation Jean-Jaurès
Najat Vallaud-Belkacem, ancienne ministre des Droits des femmes, de la Ville, de la Jeunesse et des Sports
Patrick Kanner, sénateur, ancien ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports
Marie-George Buffet, députée, ancienne ministre de la Jeunesse et des Sports
Laurent David Samama, membre de l’Observatoire Sport et société de la Fondation Jean-Jaurès
Laurence Rossignol, sénatrice de l’Oise, ancienne ministre des Droits des femmes 
Pierre Rondeau, co-directeur de l’Observatoire Sport et société de la Fondation Jean-Jaurès
Béatrice Barbusse, sociologue, ancienne présidente du Centre national pour le développement du sport 

 

Roland-Garros 2019 : Game, set … equality !

 

For its 2019 edition, the French Open Roland-Garros tournament will take place in «  a brand-new setting for a legendary tournament  », as the stadium’s official website states">http://nouveaurolandgarros.com]].

Thanks to this renovation, which has gone through many twists and turns, Roland-Garros will become the fourth and last Grand Slam tournament to enter modernity – if you restrict yourself to the walls and to the courts - which is to say to the form. 

But what about the substance of it ? 

What if, to be more precise, in the week of March 8th, we engaged in equality between men and women ? 

On that ground, Roland-Garros was the third Grand Slam tournament to establish an even reward for men and women in 2007. 

On that ground, France was the second country to name a woman, Amélie Mauresmo, captain of the Davis cup men’s team – and Lucas Pouille’s choice, after Andy Murray’s, is an example of how mindsets are changing among the players too. 

On that ground, Roland-Garros and France could even do better and come first !

In order for the modernisation of Roland-Garros to be at the service of a cause that embodies on its own the values of sport, to give an example to the rest of the world, the Jean-Jaurès Foundation, in accordance with an idea that had already been conveyed last year on social networks, and that had been supported by BNP Paribas, RG’s main sponsor, suggests that the Sunday’s final would be devoted not to the men’s final but to the women’s final. 

Or rather, for the years to come, an alternating Gentlemen’s and Ladies’ Final on Sunday.

And if some may object that it’s too late for the change to occur this year, here is a complementary proposition : in three months to the day, on the opening of the Ladies’ final, let it be announced that in 2020, for the first time, the Ladies’ final will take place on a Sunday !

Until then, we invite every stakeholder – federation, male and female players, broadcasters, sponsors, etc… - to join us to work together on the ways and means that such a change would imply. 

Let the new winning motto of Tennis be Game, set … equality !

 

Signatories

 

Gilles Finchelstein, managing director of the Jean-Jaurès Foundation ;

Juliette Clavière, directress of the Jean-Jaurès Foundation’s working group on gender equality ; 

Richard Bouigue, co-director of the Jean-Jaurès Foundation’s working group on sports and society ; 

Najat Vallaud-Belkacem, Former Minister of Women’s rights, of City affairs, of Youth Affairs and Sports ;

Patrick Kanner, Senator, Former Minister of City affairs, of Youth affairs and Sports ;

Marie-George Buffet, MP, Former Minister of Youth affairs and Sports ;

Laurent David Samama, of the Jean-Jaurès Foundation’s working group on sports and society ;

Laurence Rossignol, Senator, Former Minister of Women’s rights ; 

Pierre Rondeau, co-director of the Jean-Jaurès Foundation’s working group on sports and society ;

Béatrice Barbusse, sociologist, former president of France’s National Centre for the Development of Sports (CNDS).