Vous êtes ici

23 Novembre de 09h00 à 17h00
Histoire
S'abonner

Jaurès et le procès Villain

Inscrivez-vous par e-mail pour participer à cet événement Inscription
Le 29 mars 1919, le procès de Raoul Villain s’achève par l’acquittement de l’assassin de Jaurès. Un siècle après ce verdict tant contesté, le colloque organisé par le Centre national et musée Jean Jaurès à Castres reviendra sur la vie atypique de Raoul Villain, son geste et son procès. La Fondation présentera à cette occasion les croquis du peintre-illustrateur Lucien Jonas présent lors des audiences, croquis conservés dans ses collections et inédits jusqu’alors.

Au lendemain du procès qui se solde par l’acquittement de celui qui a assassiné Jean Jaurès le soir du 31 juillet 1914, les sympathisants de l’Apôtre de la paix s’indignent. La presse relate de nombreuses interventions virulentes. Le 6 avril suivant, une importante manifestation (environ 150 000 personnes) a lieu à Paris.
Des anciens combattants vont même jusqu’à déposer leur Croix de Guerre sur le buste du tribun ! Après avoir passé toute la guerre en prison, Raoul Villain comparait devant la Cour d’assise du 25 au 29 mars 1919. Ce procès se déroule à Paris, entre la signature de l’Armistice (11 novembre 1918) et celle du Traité de Versailles (28 juin 1919).
Le déroulement de ce procès est décousu, complexe et déroutant. La défense des idées de Jaurès tend à l’emporter sur le crime reproché à l’accusé, ce qui perturbe la logique des débats. Au lendemain de la Victoire, dans un contexte néanmoins marqué par l’hécatombe sur les champs de bataille, Me Zévaés entonne : « Mais depuis [le crime], Messieurs, il y a eu le surgissement prodigieux de toutes les énergies nationales contre l’envahisseur, l’union sacrée et féconde de tous les coeurs, de tous les esprits, de toutes les volontés. D’un mot, il y a eu la victoire... » Ceci justifiait-il un acquittement ?
Un siècle après ce verdict tant contesté, le colloque reviendra sur la vie atypique de Raoul Villain, son geste et son procès.

 

Programme

9h. Début du colloque
Ouverture : Brigitte Laquais, première adjointe déléguée à la culture de la ville de Castres
Présentation : Jean-Baptiste Alba, directeur du Centre national et musée Jean Jaurès, et Thierry Mérel, directeur du secteur Histoire et archives de la Fondation Jean-Jaurès
Introduction : Jacqueline Lalouette, présidente du colloque

9h30. L’assassin
Dominique Paganelli, journaliste

10h30. Le droit pénal au début du XXe siècle (fonctionnement des cours d’assises)
Jean-Claude Farcy, chargé de recherche honoraire au CNRS (histoire rurale et l’histoire de la justice de la France, XIXe-XXe siècles)

11h. Procès, verdict et réactions
Jacqueline Lalouette, professeure émérite d’histoire contemporaine de l’université de Lille 3, membre honoraire de l’Institut universitaire de France

11h30. Échanges avec le public

14h. L’écho du procès Villain dans le Tarn
Jean Faury, professeur de chaire supérieure honoraire en histoire, lycée P. de Fermat – Toulouse

14h30. Joseph Paul-Boncour, l’avocat de la partie civile
Matthieu Boisdron, chargé d’enseignement université de Nantes, doctorant à Sorbonne Université

15h. Alexandre Zévaès, un avocat politique
Gilles Candar, professeur de chaire supérieure honoraire en histoire, président de la Société d’études jaurésiennes

15h30. Conclusion
Jacqueline Lalouette, présidente du colloque

15h45. Lectures choisies des minutes du procès

 

Entrée libre dans la limite des places disponibles.

 

Les prochains événements
Voir tous