Vous êtes ici

04 Juin de 14h00 à 17h00
Histoire
S'abonner

Le Congrès de Tours vu dʼen bas

Pierre Mathieu, Philippe Mezzasalma, François Prigent, Jean Vigreux, Serge Wolicow
Conférence en ligne
Inscrivez-vous par e-mail pour participer à cet événement Inscription
L’anniversaire du congrès de Tours en 2020 fut l’occasion pour la Société française d’histoire politique de lancer une enquête de grande envergure sur les militants et délégués présents, en multipliant les correspondants locaux et en dépouillant de nouvelles archives. Ce projet est mené en partenariat avec les fondations Gabriel Péri et Jean-Jaurès.

L’enquête lancée par la SFHPo sur le congrès de Tours avance assez bien, presque une quarantaine de fédérations font l’objet d’une analyse précise, même si les archives n’ont pas toujours été accessibles en cette période de confinement. En revanche, grâce à Gallica et à Retronews, mais aussi la coopération avec d’autres institutions, comme le Maitron, le Musée de l’histoire vivante de Montreuil, les archives mises en ligne sur le portail PANDOR de la Maison des sciences de l’Homme de l’université de Dijon, nous serons en mesure de proposer une synthèse renouvelée, non seulement grâce à un travail de dépouillement exhaustif sur les délégués ou militants présents à Tours, qui modifiera un peu les données jusqu’à l’heure publiées grâce au film de la fondation Albert Kahn et les photographies entièrement revues, mais aussi sur les fédérations et les enjeux locaux cumulés aux enjeux nationaux et internationaux.

Le rôle de la presse et des journalistes envoyés à Tours est aussi fondamental dans ce travail. Toutefois derrière les logiques locales, fédérales, il est utile de replacer cet événement dans une histoire transnationale où circulent les femmes, les hommes, et les idées. Sans bouleverser les acquis historiographiques, plusieurs éléments structurent ce moment : le poids de la Première Guerre mondiale et le sentiment de trahison laissé (ou pas) par l’Union sacrée, la dénonciation du « parlementarisme bourgeois » (ou pas) et les espoirs suscités par les mouvements sociaux et révolutionnaires de la période, mais aussi leur échec et la répression, sans négliger la théâtralisation du Congrès (télégramme de Zinoviev, arrivée de Clara Zetkin). Pour autant, l’ombre des pères fondateurs de la SFIO, en premier lieu Jaurès, plane sur les débats. La déchirure du mouvement socialiste marque les militants présents.

Les interventions prévues :

  • Jean Vigreux, « Synthèse sur l’ensemble des fédérations », à partir des réponses de l’enquête qui s’achèvera pour l’automne 2021 et qui sera présentée pour le colloque de décembre 2021 à Tours
  • François Prigent, « Le Congrès de Tours à l’échelle d’une région : la Bretagne »
  • Pierre Mathieu, Serge Wolikow, « Le Congrès de Tours dans l’Aube »
  • Philippe Mezzasalma, « La presse et l’importance de RetroNews/Gallica »
En partenariat avec
  • Fondation Gabriel Péri
Les prochains événements
Voir tous