Vous êtes ici

Société
S'abonner

Dix ans après les émeutes : où en est l’apartheid territorial, social et ethnique ?

29/10/2015 1’
Favoris
Partager
A a Zoom

Le 29 octobre 2015 a eu lieu la première édition des Rencontres d’Argenteuil à l’initiative de Philippe Doucet, député du Val d’Oise, et en partenariat avec la Fondation Jean-Jaurès, qui saisit ainsi l’occasion de présenter certaines de ses enquêtes d’opinion.

Le mot d’ordre des Rencontres d’Argenteuil : porter la voix de la banlieue dans le débat d’idées dans la veine du Bondy Blog, le média numérique né pendant les émeutes pour apporter un regard plus réaliste sur les quartiers. Nordine Nabili, son directeur, fait d’ailleurs partie des invités pour débattre sur le thème : « Dix ans après les émeutes, la racaille et le karcher : qu’en est-il de l’apartheid territorial, social et ethnique ? ».
Jérôme Fourquet présentera les résultats d’un sondage mené par l’Ifop pour la Fondation Jean-Jaurès sur le regard que portent aujourd’hui les Français sur les banlieues. L’image des banlieues, souvent associée à la violence, a-t-elle changé depuis 2005 ? La comparaison des résultats de ce sondage avec ceux d’une enquête similaire réalisée en 2008 permettra de mesurer l’évolution des perceptions et de dresser un état des lieux de l’opinion actuelle.

Tout un symbole pour la ville qui, le 25 octobre 2005, accueillait Nicolas Sarkozy, alors ministre de l’Intérieur sur la désormais célèbre dalle. Dix ans après, la petite phrase sur « la racaille » est restée dans les mémoires. Tout comme les émeutes qui éclataient deux jours après à Clichy-sous-Bois. À l’heure où Nicolas Sarkozy déclare que « les banlieues doivent arrêter de culpabiliser la France », la droite semble vouloir évacuer le sujet du développement des banlieues. Pour autant, cet « apartheid territorial, social et ethnique » que pointait Manuel Valls était reconnu comme un enjeu prioritaire pour la cohésion et la sécurité du pays au lendemain du 11 janvier 2015. À Argenteuil, on aurait tendance à pencher pour le second : cette année, pour la première fois en sept ans, les violences urbaines du 14 juillet refaisaient la une des médias.

Alors que faire ? Comprendre le regard des Français et l’impact des événements qui ont liés insécurité, banlieue et islam à leurs yeux, comprendre les mécanismes médiatiques, faire des propositions : c’est l’ambition de cette première rencontre. Et elle s’en donne les moyens avec des invités comme Jérôme Fourquet de l’Ifop, Nordine Nabili du Bondy Blog, Antoine Jardin, chercheur à Sciences Po, et El Yamine Soum, de l’EHESS.
De nombreux élus se mobilisent à cette occasion : François Pupponi, député-maire de Sarcelles, Dominique Lefèbvre, député du Val-d’Oise et président de l’Agglomération de Cergy-Pontoise, Alexis Bachelay, député des Hauts-de-Seine, Sébastien Pietrasanta, député des Hauts-de-Seine, Michèle Vitrac-Pouzoulet, conseillère régionale, Yannick Trigance, conseiller régional, les quatre conseillers départementaux socialistes du Val-d’Oise Nesrine Menhaoura, Nadia Metref, Fabien Benedic, Nicolas Bougeard.

Lire la suite