Vous êtes ici

Fractures françaises 2017
Fractures françaises 2017  Gérard Courtois, Gilles Finchelstein, Brice Teinturier Télécharger
Démocratie
S'abonner

Fractures françaises 2017 

03/07/2017 1’
Favoris
Partager
A a Zoom

Menée depuis janvier 2013 par Le Monde, la Fondation Jean-Jaurès et Sciences Po (programme viepol) et réalisée par Ipsos Sopra-Steria, l’enquête « Fractures françaises » ausculte chaque année le jugement des Français sur la vie politique, la place de la France dans le monde, le système économique et social ou encore le rapport entre les religions et la société. La cinquième édition de cette enquête a été réalisée par Internet, du 21 au 27 juin 2017, auprès d’un échantillon représentatif de 1 000 personnes.
 

Cette nouvelle vague offre une photographie très instructive de l’état des esprits au début du quinquennat d’Emmanuel Macron. En effet, si l’arrivée d’Emmanuel Macron au pouvoir a indéniablement rendu les Français plus confiants dans l’avenir, le pessimisme national et la défiance à l’égard du système politique restent profondément enracinés et il faudra du temps pour les dissiper durablement.

 

Retrouvez l’analyse de Gilles Finchelstein et Brice Teinturier : « Entre France insoumise et Front national, de solides divergences » (Le Monde, 3 juillet 2017)

 

L’enquête en quelques chiffres : 

  • En 2016, 86 % des Français estimaient que le pays était en déclin. Ils sont 69 % aujourd’hui 
  • Les maires restent les seuls acteurs politiques qui bénéficient de la confiance d’une majorité de Français (67 %, +4 points par rapport à 2016)
  • 69 % des Français estiment que la plupart des hommes et des femmes politiques sont corrompus, contre 77 % en 2016 
  • 83 % des Français estiment que les responsables politiques agissent principalement pour leurs intérêts personnels, contre 73 % en 2016
  • 76 % des Français (-12 en un an, +4 en quatre ans) déclarent que le système démocratique fonctionne plutôt mal en France 
  • 52 % des Français (+6 en un an, +13 en quatre ans) considèrent que la mondialisation est une opportunité pour la France
  • Seuls les sympathisants du Front national (87 %) perçoivent la mondialisation comme une lourde menace
  • La part des Français convaincus que le pays doit se protéger davantage du monde d’aujourd’hui a diminué (53 %, -4 points), contre 47 % qui estiment qu’il doit s’ouvrir davantage
  • 41 % des Français font confiance à l’Union européenne (+14 points en un an)
  • 58 % des Français jugent que l’appartenance de la France à l’Union européenne est une bonne chose (+10 points en un an)
  • 80 % des Français souhaitent le maintien de la France au sein de la zone euro, mais seulement 44 % des sympathisants FN
  • 48 % des Français (+5 points en un an) estiment qu’il faut renforcer la protection des salariés, contre 44 % qui pensent qu’il faut donner plus de flexibilité au marché du travail 
  • 55 % des Français (+13 en un an) estiment que pour relancer la croissance, il faut renforcer le rôle de l’État dans certains secteurs de l’économie

Lire la suite
En partenariat avec...
  • Le Monde
  • IPSOS
  • Sciences Po