Vous êtes ici

Démocratie
S'abonner

Géographie électorale des primaires socialistes

20/12/2011 1’
Jérôme Fourquet Jérôme Fourquet
Suivre
Favoris
Partager
A a Zoom

La géographie des primaires socialistes est contrastée. Si certains effets attendus se vérifient, tel que « l’effet fief », d’autres perceptions se confrontent à la réalité des chiffres. Cette étude, véritable plongée au cœur de « l’électorat de gauche », donne à réfléchir dans la perspective des échéances à venir.

La primaire socialiste d’octobre 2012 a été une grande première dans notre pays et, en cela, les ressorts de sa géographie restent encore à mettre au jour.

Pour appréhender la participation, l’étude se base sur l’électorat Royal au premier tour de la présidentielle 2007. C’est celui dont on peut considérer qu’il est l’électorat socialiste le plus « chimiquement pur » et qui représentait alors pas moins de neuf millions d’électeurs.

La mobilisation de cet électorat est fortement corrélée au « taux d’encadrement socialiste », c’est-à-dire au ratio entre le nombre de militants présents dans chaque département et le nombre de voix obtenues par Ségolène Royal dans ce département. Ainsi, dans l’Aube par exemple, alors qu’il y a 83 électeurs Royal par militant, le taux de participation est de 19,2 % des électeurs Royal. Dans l’Aude, pour un taux de 17,6 militants par électeur, le taux de participation des électeurs de Royal est de 35,6 %.

Au premier tour, Arnaud Montebourg est arrivé en tête dans son département, Martine Aubry dans quatre départements et François Hollande dans les 95 autres de métropole. Pour les trois premiers, leurs meilleurs scores se trouvent proches de leurs fiefs politiques. Ainsi François Hollande obtient 86,1 % des voix en Corrèze, Martine Aubry est à 54,2 % dans le Nord et, enfin, Arnaud Montebourg obtient 56 % en Saône-et-Loire et même 95,7 % dans son canton de Montret.

Cette ana