Vous êtes ici

Histoire d'une fédération du Parti socialiste SFIO : la fédération socialiste de l'Ain 1944-1969
Histoire d’une fédération du Parti socialiste SFIO : la fédération socialiste de l’Ain 1944-1969 Sarah Mériaudeau Télécharger
Histoire
S'abonner

Histoire d’une fédération du Parti socialiste SFIO : la fédération socialiste de l’Ain 1944-1969

01/04/2001 1’
Sarah Mériaudeau
Favoris
Partager
A a Zoom

Le premier prix d’Histoire de la Fondation Jean-Jaurès a été attribué en 2000 à un travail universitaire original : la maîtrise de Sandra Mériaudeau porte sur l’histoire d’une Fédération de la SFIO, celle de l’Ain de 1944 à 1969.

L’histoire de la Fédération de la SFIO de l’Ain de 1944 à 1969 n’est pas un sujet aisé pour une jeune étudiante car il s’agit d’étudier un objet historique, une fédération d’un parti politique, sur une durée longue. Or, faire l’histoire d’un mouvement politique implique nécessairement de devoir tenir compte de son environnement souvent au sens large du terme. Cela est ici réussi. Il y a dans ces pages un bon rendu de la vie politique dans le département de l’Ain. L’autre qualité tient dans la compréhension des réalités partisanes. L’analyse des archives permet de voir vivre les socialistes, les militants, les secrétaires de section, la direction fédérale. Les débats internes permettent de comprendre les crises qui ont amené les scissions de la fin des années 1950. Les facteurs humains, le rôle des cadres, les oppositions personnelles ne sont pas ignorés. Et l’on sait qu’ils ont une grande importance dans les périodes de difficulté politique. Un autre intérêt est justement la durée sur laquelle porte l’étude. Elle permet de prendre la mesure d’un cycle politique qui voit une dégradation militante et électorale que le rapprochement avec les radicaux n’arrête pas. Cette étude manifeste de fortes qualités. Elle repose sur une recherche d’archives originales, à la fois, écrites et orales. Elle manifeste une capacité d’analyse qui met en perspectives le récit historique. Certaines interprétations peuvent prêter à la discussion. Mais c’est le propre de toute œuvre bien menée que de susciter la réflexion.

Lire la suite