Vous êtes ici

Europe
S'abonner

Royaume-Uni : des élections sans vainqueur

11/05/2010 1’
Laurent Bouvet Laurent Bouvet
Suivre
Favoris
Partager
A a Zoom

Le résultat des élections générales britanniques du 6 mai est conforme à ce que l’on en attendait depuis quelques semaines : un hung parliament (littéralement un « parlement suspendu »), en fait une Chambre des Communes dans laquelle aucun parti ne détient la majorité absolue.

Sur 650 sièges à pourvoir, les conservateurs ont en effet obtenu 306 sièges pour 36 % des voix (10,8 millions de bulletins) ; les travaillistes 258 sièges pour 29 % des voix (8,6 millions de bulletins) ; les libéraux-démocrates (Lib Dems) 57 sièges pour 23 % des voix (6,8 millions de bulletins) et les autres partis, notamment les nationalistes des périphéries celtiques (Democratic Unionist Party, Sinn Fein, Scotish National Party, Plaid Cymru…), 28 sièges pour 12 % des voix.

Et même si les conservateurs devancent les travaillistes, pour la première fois depuis 1992, les travaillistes, ces élections ne font apparaître aucun vainqueur. Dans chaque camp, les difficultés ne font que commencer. David Cameron n’a pas su faire gagner nettement les conservateurs alors que pendant des mois on le donnait largement vainqueur. Du côté travailliste, Gordon Brown a certes limité les dégâts mais il ne pourra pas rester chef de son parti très longtemps puisqu’il est Premier ministre depuis 2007 sans jamais avoir gagné d’élection sur son nom. Nick Clegg quant à lui, bien que dans la position du « faiseur de rois » à l’issue du scrutin, n’a pas obtenu un résultat historique pour les Lib Dems malgré son excellente campagne – il a même enregistré un recul en nombre de sièges par rapport à 2005 (- 5) !

Lire la suite